Médias, presse, réseaux sociaux

Du plus récent au plus ancien, nous avons le plaisir de vous présenter les médias qui parlent de nous !

Ouest France 16 octobre 2017

Insolite. Une jolie boîte pour ramener vos restes à la maison

D’ici un mois, les clients de plusieurs restaurants vannetais, comme le Virgin Breizh Diner, se verront proposer une petite boîte pour emporter leurs restes, s’ils n’ont pas fini leur assiette. | Ouest-France

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, des jeunes ont imaginé une boîte qui sera distribuée dans les restaurants, pour emporter la fin du repas que vous n’avez pas terminé.

Vous calez sur vos frites ? Vous aimeriez garder un peu de place pour le dessert mais vous n’avez pas terminé votre burger ? D’ici un mois, des restaurants, comme le Virgin Breizh Diner, vous proposeront un petit récipient pour éviter de jeter à la poubelle ces précieux restes cuisinés avec passion. Très répandue en dehors de nos frontières, et notamment aux États-Unis, cette pratique du « doggy bag » ne convainc pas à Vannes. Trop gênés, les Vannetais rechignent à sortir un récipient de leur sac ou demander une barquette pour sauver les frites qu’ils n’arrivent pas à finir.

Une « boîte à richesses »

C’est pourtant cette pratique que veulent inciter les membres de la Jeunes chambre économique de Vannes. Ils profitent de ce lundi de journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire pour dévoiler leur Sot-l’y-laisse, version plus raffinée du « sac à toutou »… « Nous avons interrogé 150 personnes sur leurs pratiques au restaurant. Aucune ne ramène ses restes. Par contre, elles sont 93 % à être prêtes à le faire, si le restaurant propose de lui-même que vous les emportiez », explique Fabiola Shibchurn, à la tête d’une petite équipe qui a réfléchi à un nom moins dévalorisant pour leur « boîte à richesse ».

Pas une honte, une fierté

Ils sont tombés d’accord sur Sot-l’y-laisse, ce discret morceau de volaille bien connu des cuisiniers. « Comme pour ce bon morceau de viande, seul un sot laisserait ses restes être jetés à la poubelle… Il ne doit pas y avoir de honte ou de gène à les emporter. Ça devrait être une fierté. On préserve une ressource ».

Si les consommateurs peuvent facilement être tentés par la démarche, reste à convaincre les restaurateurs. Et là, c’est plus compliqué. Coût, temps… l’idée ne séduit pas tous les chefs qui, pour beaucoup, estiment déjà calibrer leurs assiettes pour éviter le gaspillage. Pour les convaincre, la Jeune chambre économique propose de leur offrir un pack de Sot-l’y-laisse, qu’ils ont fait fabriquer en carton étanche écosourcé. Un premier lot de mille boîtes devrait être disponible d’ici un mois. Il a été financé par des partenaires démarchés par ses jeunes entrepreneurs.

Sept restaurants

Sept restaurants vannetais se sont déjà engagés à les proposer à leurs clients comme Le Virgin Breizh Diner, Le Salgado, Le Coq à l’Ane, Le Bagel Ouest, L’Entrechoc, Le Daily Gourmand et le Karpa. Un petit logo devrait le rappeler sur leurs vitrines et cartes. Sinon, leurs serveurs devraient vous le proposer si vous n’avez pas fini votre assiette…


L’avis du Petit Futé sur VIRGIN BREIZH DINER

image: https://www.petitfute.com/images/logos_pf/plaque-millesim-pf2017.jpg

Plaque millesim 2017Tout nouvellement ouvert, ce  » breizh burger diner  » vous donnera l’occasion de déguster vos burgers dans une atmosphère tendance drive-in et bistrot : couleur chatoyante de la devanture, luminosité de l’espace intérieur, et mobilier assez brut de pomme ! Conception nouvelle donc pour cet ensemble sympathique au demeurant et what’s new doc ? La charte de qualité est un atout sur l’engagement au niveau de la production. Les noms des burgers sont évocateurs : speedy Gonzalez (guacamole), Colorado (lard fumé) vigie (au tofu). Chacun y trouvera son compte dans l’offre de la carte et des ingrédients ! Ce jour-là, le Petit Futé pressé est tombé sous le charme d’un hot-dog Arizona au boeuf français, haché aux épices douces et tomates, servi avec des belles frites fraîches maison. Un goût oublié et retrouvé ! Belle salade Caesar très copieuse. et pour les desserts, c’est comme là-bas : brownies bien fondants à la noix de pécan, milk-shakes variés, dont l’Hawaï aux 3 glaces aux parfums exotiques. Un petit moins : les horaires assez restreints surtout le week-end.

Read more at https://www.petitfute.com/v9641-vannes-56000/c1165-restaurants/c126-restauration-rapide-a-domicile/c135-sur-place-a-emporter/c1374-burger/1603641-virgin-breizh-diner.html#8ASRAkaHETRsAq0b.99

Article sur le Virgin Breizh Diner paru dans Wonderful Breizh le 14/03/2017

Article sur le Virgin Breizh Diner paru dans Wonderful Breizh le 14/03/2017

En lire plus : http://www.wonderfulbreizh.fr/2017/03/14/restaurant-virgin-breizh-diner-a-vannes/

Article sur le Virgin Breizh Diner paru dans Wonderful Breizh le 14/03/2017

L’enseigne

Vannes compte depuis peu une nouvelle adresse où déguster des burgers. Ce qui distingue le Virgin Breizh Dîner, c’est qu’en poussant la porte, on entre aux USA : banquettes en skaï rouge cerise, siège cadillac, joueur de foot américain en déco, etc. Le fond sonore est également ciblé rock 50’s et 60’s, blues. Virginie accueille les clients, aidée d’Axelle et Alexandra. En cuisine, c’est le mari de Virginie, Franck, qui oeuvre, secondé par Adrien. Le couple a pensé aux enfants avec, à l’étage, un espace jeux fermé par un décor de bus américain. Leur concept est aussi écologique : pas de set de table papier, serviettes en tissu, sucre non emballé, produits d’hygiène écologiques… Et les restes peuvent être emportés par le client. Quant aux plats : la viande est hachée sur place, les panés, frites et sauces sont faits maison. Trois recettes de hot-dog sont proposées. Les burgers sont au poulet (français), au boeuf ou végétarien (tofu fumé). Ils peuvent être faits dans un pain sans gluten ou vegan. Côté boisson, l’originalité US a été privilégiée avec des vins californiens, limonades américaines Boylan (à la cerise ou au gingembre)… Les deux salles totalisent 60 couverts.

Pratique
8, rue du Bienheureux Pierre-René Rogue. Ouvert du mardi au samedi (midi et soir). Réservation au 02.97.47.21.94. Site : http://virginbreizhdiner.fr

© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/virgin-breizh-diner-un-air-us-en-centre-ville-24-02-2017-11412401.php

us-connexion article du 1 12 2017 sur le Virgin Breizh Diner

us-connexion article du 1 12 2017 sur le Virgin Breizh Diner

Le Télégramme – Vannes – 14 septembre 2016

Télégramme Vannes article sur le Virgin Breizh Diner restaurant américain

Télégramme Vannes article sur le Virgin Breizh Diner restaurant américain

Un projet familial et original va s’inscrire dans quelques semaines dans un des lieux les plus emblématiques de Vannes : un « Diner » américain devant « Vannes et sa femme ».

Le financement participatif se développe dans l’économie locale. Après le Ker au parc du Golfe, c’est un projet du centre-ville qui a eu recours à la plate-forme de la chambre de commerce « Bulb in Morbihan ». Un état d’esprit qui colle à la démarche de Virginie et Franck Poux.

Zéro déchets

Juste en face de « Vannes et sa femme », au 8 rue du Bienheureux-Pierre-René-Rogue, ils vont ouvrir courant octobre un restaurant original. « C’est très important pour nous de ne travailler que des produits locaux et frais », explique Virginie Poux. « Nous sommes aussi dans une démarche zéro déchets ». Donc pas de set de table en papier, des serviettes en papier recyclé, de la vente à emporter et des « doggy bags » consignés ou compostables… « Et nous travaillons avec des associations et une start-up pour voir comment valoriser nos déchets organiques puisque le compostage n’est pas possible dans le centre historique ». Tout cela dans un « Diner », le stéréotype du restaurant américain avec banquettes en skai, sol à damiers, néons, moto, musique et le fauteuil chevrolet (financé par la campagne de crowdfunding)… qui pourrait paraître aux antipodes des préoccupations sur le bien manger et l’environnement. « Notre restaurant sera tout sauf un fast-food, explique Virginie Poux. On a une fausse image de la cuisine américaine. Elle recèle de nombreuses influences. Et notre carte ira du burger au poisson aux plats cajuns en passant par le hot-dog new yorkais ou la salade César ». Les enfants, les adeptes du sans gluten et les végétariens ne sont pas oubliés.

S’y sentir bien

« Nous ne sommes jamais allés aux États-Unis, sourit Virginie Poux. Mais en arrivant à la quarantaine, nous avions tous les deux envie de monter notre propre affaire ». Lui a vu toutes les facettes du métier de cuisinier, de commis à adjoint au chef de restauration, pendant ses 20 ans d’armée. Elle a travaillé dans l’approvisionnement dans l’agroalimentaire. « Nous habitions dans l’Est de la France. Chez nous, il y avait un  » Diner  » où l’on se sentait bien. Au départ, nous avons pensé à une franchise ». Mais ils ont préféré mettre le concept à leur sauce et se sont lancés seuls dans l’aventure il y a un an.

Ouverture en octobre

Le bail pour le fonds de commerce a été signé lundi dernier et les travaux ont commencé dès le lendemain. Le « Virgin Breizh Diner » doit ouvrir courant octobre, avant Halloween qu’il marquera comme toutes les grandes dates américaines. Quatre personnes seront employées en basse saison, six en haute saison. « Nous voulons absolument privilégier l’accueil, dans un style années 1960’s », précise Virginie. Jusque-là, les vacances de la famille étaient invariablement en Bretagne. Mais maintenant qu’ils y vivent, leur rêve américain pourra sans doute se faire en cuisine et en voyage.

© Le Télégramme – Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/entreprise-un-restaurant-americain-en-coeur-de-ville-14-09-2016-11216989.php#

Chambre de Commerce et d’Industrie du Morbihan 6 juillet 2016

Ouest France 15 juin 2016

Ouest France – Vannes – 15 juin 2016

Ouest France Vannes restaurant US sixties Virgin Breizh Diner

Ouest France Vannes restaurant US sixties Virgin Breizh Diner

Alix DEMAISON

Et s’il suffisait de pousser une porte pour changer de pays ? Virginie et Franck Poux en rêvent. Ils ouvrent un « diner américain » en plein centre-ville. Une première !

Banquettes en skaï rouge brillant, tables formica, néons fluo, pin-up grandeur nature, plats américains dans les assiettes et rock dans les oreilles : Nul doute, le Virgin Breizh Diner veut plonger ses clients dans l’Amérique d’après-guerre.

Pas un fast-food

Virginie et Franck Poux rêvaient de monter leur affaire depuis… 18 ans ! Ils sont tombés amoureux du diner américain, restaurant typique d’Amérique du Nord, à Dijon. Pour la cuisine mais aussi pour l’ambiance. « Ça n’a rien à voir avec un fast-food, assure Franck. Il y a beaucoup de déco, l’ambiance est très conviviale. La frontière entre l’équipe et les clients disparaît. »

Diner américain locavore

Le couple s’est installé à Saint-Avé l’été dernier avec une seule idée en tête : ouvrir « leur diner ». « Au début, on avait pensé se mettre en franchise, confie Virginie. Mais on veut être totalement maître de ce que l’on met dans nos assiettes et travailler avec des produits frais et locaux. »

Originalité dans les assiettes

Gérer des matières premières, c’est plutôt son rayon : « J’étais approvisionneur dans une usine agro alimentaire ».

Franck, lui, sera derrière les fourneaux, comme toujours. Il vient de quitter l’Armée de terre dans laquelle il a évolué en tant que chef de cuisine. Mais au Virgin Breizh Diner, tout sera différent.

S’il compte suivre des recettes américaines typiques, comme le jambalaya, à la lettre pour « ne décevoir aucun connaisseur », il mettra beaucoup plus de créativité pour le reste de la carte, surtout pour les burgers. « Je ne copie sur personne ! Je teste tout à la maison en ce moment. » Les essais peuvent encore durer jusqu’au mois d’octobre.

Une première à Vannes

« Après, c’est l’ouverture ! » En plein centre-ville. Juste en face de Vannes et sa femme, à la place du restaurant Côte & Saveurs. « C’est tout en longueur, ça va vraiment respecter l’esprit du diner, initialement installé dans des wagons », se réjouit Virginie.

Après une étude de marché poussé, le couple se réjouit d’être les premiers à proposer un tel endroit.

Le paquet sur la déco

À deux pas du château Gaillard, au cœur du secteur sauvegardé, ils imaginent tout de même l’étonnement que le restaurant pourrait éventuellement susciter. « Nous ne voulons surtout pas dénaturer le centre-ville. À l’extérieur, la déco sera vraiment discrète. On met le paquet à l’intérieur. L’idée, c’est de changer de pays en passant la porte. »

Campagne de financement participatif

Soutenus par la CCI du département, les deux entrepreneurs ont lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme Bulb in Morbihan.

Objectif ? 3 000 euros. Une somme nécessaire pour l’achat des derniers accessoires de choc comme un fauteuil Chevrolet avec phares lumineux.

En quelques jours, ils ont atteint 41 %. « On se rend compte que notre projet suscite beaucoup d’intérêt. »Visiblement, l’idée rock’n’roll fait déjà swinguer les Vannetais.

© Ouest France – Plus d’information sur http://www.ouest-france.fr/bretagne/vannes-56000/vannes-lamerique-facon-sixties-fait-son-entree-en-ville-4300229

Chambre de Commerce et d’Industrie du Morbihan 15 juin 2016

Bretagne Economique article du 23 mai 2016

Journal des entreprises article du 23 mai 2016

ambasadvreizh article du 9 mai 2016

Bulb in Town Crowdfunding campagne du